7 Stratégies pour surmonter les peurs nocturnes de votre enfant

7 Stratégies pour surmonter les peurs nocturnes de votre enfant

de lecture

Peur de l'obscurité, des monstres dans le placard, ou simplement anxiété à l'idée d'aller se coucher. Toutes ces craintes sont relativement courantes chez les jeunes enfants à un moment donné de leur enfance. La façon dont vous, en tant que parents, répondez aux peurs de votre enfant et le rassurez aura une incidence sur sa capacité à s'endormir et à rester endormi.

Voici quelques conseils pour aider votre enfant à surmonter ses peurs nocturnes :

Avant de commencer nous vous invitons à lire notre article sur les meilleurs réveils pour votre enfant pour cette année.

1. De quoi votre enfant a-t-il peur ?

De quoi votre enfant a-t-il peur ?

Commencez par identifier la peur. Écoutez votre enfant. Posez des questions ouvertes pour permettre à votre enfant de vous dire ce qui lui fait peur au moment du coucher. Ne vous moquez pas des peurs de votre enfant. Ce qui peut vous sembler drôle ou insignifiant est très réel pour votre enfant.

2. Ne soutenez pas la croyance dans les créatures imaginatives de votre enfant

Le simple fait d'affirmer que vous allez d'une manière ou d'une autre détruire "la créature" confirme pour votre enfant que cette créature existe bel et bien. Cela retarde l'heure du coucher plutôt que d'apporter du réconfort.

3. Rassurez votre enfant sur sa sécurité

Rassurez votre enfant sur sa sécurité avant de se coucher

Si votre enfant a du mal à se séparer de vous, rassurez-le, mais remettez-le ensuite dans son propre lit, pas le vôtre ! Soyez doux, mais ferme, pour que votre enfant reste au lit.

Lorsque votre enfant vous appelle, demandez-lui à nouveau ce qui ne va pas. Dites-lui ensuite que tout va bien, qu'il est en sécurité, que rien ne le dérangera et qu'il peut dormir confortablement dans son lit toute la nuit. En disant à votre enfant de rester dans son lit et que tout va bien, vous lui apprendrez à croire que son lit est un endroit sûr et vous l'empêcherez de quitter sa chambre.

Si vous devez le faire, il est préférable de rejoindre votre enfant dans sa chambre pour le réconforter plutôt que de le laisser quitter sa chambre et vous rejoindre dans la vôtre ou dans le salon. Il n'est pas recommandé de rester dans la chambre de votre enfant, sauf s'il est extrêmement effrayé.

Une autre option consiste à dire à votre enfant que vous promettez de le surveiller brièvement, en étirant le temps d'arrêt, par exemple de 2 à 5 minutes, puis toutes les 10 minutes, puis toutes les 15 minutes, etc. jusqu'à ce qu'il s'endorme. Jusqu'à ce qu'il s'endorme. L'enfant sait ainsi que vous serez là pour le surveiller et qu'il n'est pas seul. Gardez votre enfant dans son propre lit s'il se réveille au milieu de la nuit. Si votre enfant se réveille au milieu de la nuit et a peur de se rendormir, rassurez-le en lui disant que tout va bien et que sa chambre est sûre. Si votre enfant se promène dans votre chambre, ramenez-le au lit et rassurez-le en lui disant que son lit est un endroit sûr et confortable.

4. Travaillez à renforcer la confiance en soi et les capacités d'adaptation de votre enfant.

Rassurez votre enfant sur sa sécurité

Pendant la journée, faites des activités qui aident à renforcer la confiance en soi. Par exemple, demandez à votre enfant de parler de ses peurs et de ses expériences au moment du coucher. Vous pourrez peut-être discuter d'autres façons de réagir à ces peurs ou d'y faire face, ce qui pourrait aider votre enfant à avoir moins peur la nuit.

5. Faites en sorte que la routine du coucher soit " légère ", joyeuse et amusante

Routine de sommeil amusante

Dans les 30 à 60 minutes précédant le coucher, n'exposez pas votre enfant à des films ou des émissions de télévision effrayants, à des histoires à dormir debout, à de la musique ou des vidéos effrayantes ou à d'autres stimuli qui pourraient le perturber.

6. Autorisez les veilleuses et les objets de sécurité

Pour apporter un confort et un sentiment de sécurité supplémentaires, il est également utile de permettre à votre enfant de se blottir contre sa peluche ou sa couverture de sécurité préférée pendant la nuit. Si votre enfant souhaite que la lumière reste allumée, laissez-la sur son réglage le plus faible ou fournissez-lui une veilleuse. Vous pouvez également laisser la porte de la chambre ouverte, à condition que l'enfant sache qu'il n'est pas acceptable de sortir sans cesse.

Réveil simulateur d'aube

7. N'oubliez pas les programmes de renforcement positif et/ou de récompense

Il peut s'agir d'un programme d'autocollants (à rendre contre une friandise préférée). Des friandises pour le petit déjeuner, des petits jouets ou d'autres récompenses spéciales sont autant de moyens possibles de récompenser votre enfant. Utilisez des phrases positives, telles que "tu fais un excellent travail en restant au lit". N'oubliez pas de permettre à l'enfant de discuter de ses craintes dans la journée.

# Quand faut-il envisager d'appeler le médecin ?

Envisagez d'appeler votre médecin si :

La peur et l'anxiété de votre enfant au moment du coucher persistent, sont sévères ou s'aggravent.

Les peurs de votre enfant ont commencé après une expérience ou un événement traumatique connu et persistent bien après que l'événement soit terminé.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Tic Tac c'est l'heure pour Recevoir nos conseils !